Feedback

Faculté de Médecine
Faculté de Médecine
MASTER THESIS
VIEW 328 | DOWNLOAD 1799

Évaluation de la propension à payer des patients pour le vaccin antipaludique RTS,S/AS01 (MOSQUIRIX) au Cameroun

Download
Defo Tamgno, Eric ULiège
Promotor(s) : Sanou sobze, Martin ; Ethgen, Olivier ULiège
Date of defense : 4-Sep-2018 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/5197
Details
Title : Évaluation de la propension à payer des patients pour le vaccin antipaludique RTS,S/AS01 (MOSQUIRIX) au Cameroun
Translated title : [en] Evaluation of the patient's willingness to pay for the RTS, S / AS01 (MOSQUIRIX) malaria vaccine in Cameroon
Author : Defo Tamgno, Eric ULiège
Date of defense  : 4-Sep-2018
Advisor(s) : Sanou sobze, Martin 
Ethgen, Olivier ULiège
Committee's member(s) : Manzambi kuwekita, Joseph ULiège
Fecher, Fabienne ULiège
Moerman, Filip 
Pétré, Benoît ULiège
Dardenne, Nadia ULiège
Bruyère, Olivier ULiège
Language : French
Number of pages : 89 pages
Keywords : [en] willingness to pay
[en] malaria
[en] Vaccine
[en] cross-sectional study
[en] Cameroon
[fr] Disponibilité à payer
[fr] paludisme
[fr] Vaccin
[fr] étude transversale
[fr] Cameroun
Discipline(s) : Human health sciences > Public health, health care sciences & services
Target public : Researchers
Professionals of domain
Student
General public
Other
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences de la santé publique, à finalité spécialisée en épidémiologie et économie de la santé
Faculty: Master thesis of the Faculté de Médecine

Abstract

[en] Introduction: In Cameroon, Malaria is the leading cause of death and morbidity in children under 5years of age and in pregnant women. It also represents 40% of household health expenditure in this country. To prevent malaria, the World Health Organisation (WHO) recommends, among other measures, the use of insecticide-treated mosquito nets, indoor insecticide sprays and chemoprevention. However, the effectiveness of these preventive measures remains limited. It is for this reason that, for several years now, research on possible malaria vaccine is being carried out by academics and pharmaceutical companies. An example is the renowned company glaxosmithkline (GSK) who came up with the RTS,S/ASO1 vaccine ("Mosquirix"). To date, the mosquirix vaccine is the only vaccine against malaria to have been validated by the European Medicines Agency. The WHO has authorized the implementation of a pilot study underway in 3 countries of sub-Saharan Africa (Ghana, Kenya and Malawi).
Aim: to determine the average maximum price that patients living in Cameroon would be willing to pay for this new vaccine and at the same time determine the factors influencing the prices offered.
Materials and methods: We conducted a cross-sectional study, through a semi-open questionnaire in 5 hospitals in Cameroon (Dschang district hospital, protestant hospital of Mbouo in Bandjoun, Efoulan district hospital, CMA of Odza and Yaoundé military hospital). The study included all individuals aged 18 and over, who presented themselves for malaria-related counseling at one of the 5 above mentioned hospitals
Results: we were able to obtain data from 1187 respondents aged between18 and 80 years. From these data, we noted that patients are willing to spend on average 1,34% of their income to benefit from this vaccine. This percentage corresponds to a maximum price of 1,850 Fcfa (2,84 euro). This price was significantly associated with respondents' income, having been consulted at least once for malaria within the 12 months preceding the survey and whether the respondent has at least 1 child under 5 years of age or not. Respondents had good knowledge of malaria but very limited knowledge of the vaccine.
Conclusion: the maximum price that cameroonian patients would be willing to pay for this RTS,S/ASO1 vaccine ("mosquirix") is 1850 Fcfa.

[fr] Introduction : Le paludisme représente la première cause de mortalité et de morbidité chez les enfants de moins de 5 ans et chez les femmes enceintes au Cameroun. Il induit 40% des dépenses de santé des ménages dans ce pays. Afin de prévenir les cas de paludisme, l’OMS recommande, entre autres, l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide, la pulvérisation d’insecticide à l’intérieur des habitations et la chimio-prévention. Mais l’efficacité de ces moyens de prévention reste limitée. C’est dans ce contexte que, depuis plusieurs années des recherches sur la vaccination sont menées par des universitaires et des firmes pharmaceutiques. C’est le cas de GlaxoSmithKline (GSK) qui a mis sur pied le vaccin RTS,S/ASO1 (« Mosquirix »). Ce vaccin est le seul à ce jour contre le paludisme à avoir été validé par l’Agence Européenne des Médicaments et l’OMS a autorisé la réalisation d’une phase pilote en cours dans 3 pays d’Afrique subsaharienne (le Ghana, le Kenya et le Malawi).
Objectif : Déterminer le prix moyen maximum que les patients vivant au Cameroun seraient prêts à payer pour ce nouveau vaccin et par la même occasion, déterminer les facteurs influençant les prix proposés.
Matériels et méthode : Nous avons réalisé une étude transversale, au travers d’un questionnaire semi-ouvert dans 5 hôpitaux du Cameroun (hôpital de district de Dschang, hôpital protestant de Mbouo, Bandjoun, hôpital de district d'Efoulan, CMA d'Odza et hôpital militaire de Yaoundé). Ont été incluses dans l’étude toutes personnes âgées d’au moins 18 ans, venues en consultation pour des raisons liées au paludisme dans un des 5 hôpitaux.
Résultats : Nous avons pu obtenir des données de 1187 répondants âgés entre 18 et 80 ans. De ces données, il ressort le constat suivant : en vue de bénéficier d’un vaccin contre le paludisme, les patients sont prêts à dépenser en moyenne 1,34% de leurs revenus. Soit une somme maximale de l’ordre de 1850 Fcfa (2,84 Euro). Ce prix était significativement associé au revenu des patients, au fait d’avoir au moins 1 enfant de moins de 5 ans et au fait d’avoir été au moins 1 fois en consultation pour paludisme les 12 mois précédant l’enquête. Les répondants avaient une bonne connaissance sur le paludisme mais une connaissance très limitée en ce qui concerne le vaccin.
Conclusion : le prix maximum que les patients camerounais serait prêt à payer pour ce vaccin RTS,S/ASO1 (« Mosquirix ») s’élève à 1850 FCFA.

Author

  • Defo Tamgno, Eric ULiège Université de Liège > Master sc. santé publ., à finalité

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Manzambi kuwekita, Joseph ULiège Université de Liège - ULiège > Département des sciences de la santé publique > Département des sciences de la santé publique
    ORBi View his publications on ORBi
  • Fecher, Fabienne ULiège Economie politique HEC-Ecole de gestion de l'ULg
    ORBi View his publications on ORBi
  • Moerman, Filip Infectiologie CHR - Citadelle
  • Pétré, Benoît ULiège Université de Liège - ULiège > Département des sciences de la santé publique > Education thérap. du patient au serv. des soins int.
    ORBi View his publications on ORBi
  • Dardenne, Nadia ULiège Université de Liège - ULiège > Département des sciences de la santé publique > Biostatistique
    ORBi View his publications on ORBi
  • Bruyère, Olivier ULiège Université de Liège - ULiège > Département des sciences de la santé publique > Santé publique, Epidémiologie et Economie de la santé
    ORBi View his publications on ORBi
  • Total number of views 328
  • Total number of downloads 1799










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.