Feedback

Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
MASTER THESIS
VIEW 113 | DOWNLOAD 8

Jeux vidéo violents et biais d’attribution hostile : existe-t-il des effets à court terme chez les préadolescentes ?

Download
Mossler, Réjane ULiège
Promotor(s) : Born, Michel ULiège
Date of defense : 4-Sep-2012 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/532
Details
Title : [fr] Jeux vidéo violents et biais d’attribution hostile : existe-t-il des effets à court terme chez les préadolescentes ?
Author : Mossler, Réjane ULiège
Date of defense  : 4-Sep-2012
Advisor(s) : Born, Michel ULiège
Committee's member(s) : Huyts, Benjamin ULiège
Partoens, Christophe 
Language : French
Number of pages : 98
Rameau keyword(s) : Jeux vidéo
Violence chez l'adolescent
Attribution (psychologie sociale)
Violence
Discipline(s) : Social & behavioral sciences, psychology > Social, industrial & organizational psychology
Social & behavioral sciences, psychology > Treatment & clinical psychology
Commentary : 5 annexes
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences psychologiques, à finalité spécialisée en psychologie clinique
Faculty: Master thesis of the Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education

Abstract

[fr] Dans notre société actuelle, où prônent les nouvelles technologies et l’imaginaire qui en résulte, le jeu vidéo pourrait être sacré roi par les jeunes et les moins jeunes. Les jeunes sont particulièrement friands de ces jeux et y consacrent nombre d’heures par semaine. Comme toute chose nouvelle, le jeu vidéo connait ce paradoxe qui fait qu’il fascine et intrigue à la fois. Au risque d’envenimer les choses et de créer un sentiment d’insécurité, les jeux vidéo violents sont devenus la cible des médias depuis plusieurs années. Tout a commencé le 20 avril 1999, date à laquelle a eu lieu la tuerie de Columbine pendant laquelle deux adolescents tuent 12 étudiants et un de leurs professeurs avant de se donner la mort. Le jeu vidéo est dès lors devenu le coupable tout trouvé. Malheureusement, cet évènement n’a pas été isolé. Face à ces accusations, il est intéressant d’étudier quels pourraient être les réels effets de la violence dans les jeux vidéos chez les usagers. Notre travail a pour but de tenter de répondre à la question suivante : est-ce que les jeux vidéo violents produisent, à court terme, un biais d’attribution hostile et de fait peuvent avoir une influence sur les comportements agressifs ? Notre étude a été menée sur 80 sujets féminins qui ont entre 11 et 12 ans. La première phase de notre étude a permis de différencier deux groupes de sujets par rapport à leur score de vulnérabilité sociale (haut versus bas). Ainsi que de leur administrer différents tests sur l’hostilité, les comportements agressifs et délinquants, la supervision parentale ou encore, l’addiction aux jeux vidéo. La deuxième phase étant l’expérimentation les sujets sont alors soumis à un jeu vidéo violent ou neutre. Les résultats de notre recherche ont mis en avant un effet du temps sur le biais hostile de nos sujets. Ainsi qu’un effet d’expérimentation pour le biais d’hostilité totale et relationnelle. Cela étant, aucun effet du niveau de vulnérabilité sociale n’a pu être démontré. D’autres variables pourraient alors être impliquées et ainsi expliquer un biais d’hostilité plus élevé.


File(s)

Document(s)

File
Access s105729Mossler2012.pdf
Description: -
Size: 1.73 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Mossler, Réjane ULiège Université de Liège - ULg > 2e an. master sc. psycho., fin. spéc. psycho. clin.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Huyts, Benjamin ULiège Université de Liège - ULg > Département de Psychologie : cognition et comportement > Neuroscience comportementale et psychopharmacologie expér.
    ORBi View his publications on ORBi
  • Partoens, Christophe
  • Total number of views 113
  • Total number of downloads 8










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.