Feedback

Faculté des Sciences
Faculté des Sciences
MASTER THESIS
VIEW 346 | DOWNLOAD 3445

Analyse temporelle de la représentation du risque d'inondation de 1980 à 2018 à Douala-Cameroun

Download
Amanejieu, Amelie ULiège
Promotor(s) : Ozer, Pierre ULiège ; Bruckmann, Laurent ULiège
Date of defense : 13-Sep-2018 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/5575
Details
Title : Analyse temporelle de la représentation du risque d'inondation de 1980 à 2018 à Douala-Cameroun
Translated title : [en] TEMPORAL ANALYSIS OF THE REPRESENTATION OF FLOOD RISK FROM 1980 TO 2018 IN DOUALA-CAMEROON
Author : Amanejieu, Amelie ULiège
Date of defense  : 13-Sep-2018
Advisor(s) : Ozer, Pierre ULiège
Bruckmann, Laurent ULiège
Committee's member(s) : de Longueville, Florence 
Language : French
Number of pages : 69
Keywords : [fr] Inondation, Douala, géo-historique, déguerpissement, Cameroun.
Discipline(s) : Life sciences > Environmental sciences & ecology
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master de spécialisation en gestion des risques et des catastrophes
Faculty: Master thesis of the Faculté des Sciences

Abstract

[fr] Douala, ville côtière située à 30 kilomètres de l’océan Atlantique fait depuis plusieurs décennies l’objet de nombreuses convoitises. Ces convoitises, dans un contexte de crises économique et foncière ont favorisé l’absorption des vides urbains et des mangroves sur la côte générant ainsi des problèmes d’inondation.
Cette étude se présente comme une contribution à l’analyse des représentations spatio-temporelles et socio-temporelles du risque d’inondation à Douala de 1980 à 2018. La méthodologie de recherche exploitée repose essentiellement sur deux approches d’analyse : une approche géo-historique permettant la reconstitution d’une banque de données sur les inondations antérieures et une approche d’analyse systémique permettant de mettre en exergue les relations entre les populations et leurs milieux de vie.
Les résultats révèlent une augmentation de la surface urbaine de 14018.6 ha entre 1986 et 2017, soit 452 ha par an et de 9 ha environ par semaine ; et une extension de la ville vers les zones de basses altitudes potentiellement inondables. En 31 ans, 2830 ha de zones basses ont été urbanisées par le biais de remblais, soit environ 74 ha par an. Cette conquête des zones basses a conduit à des inondations dont les premiers cas ont été enregistrés à partir des années 1984. De 1984 à 2018, 34 inondations ont été recensées et ont occasionné 49 pertes en vies humaines, 71 blessés, 90923 sinistrés et 547 recasés. On est passé de 8 inondations pour 8 décès et 8023 sinistrés entre 1984-2000, à 26 inondations pour 41 décès et 82.900 sinistrés entre 2001-2018. Pour faire face à ces inondations de plus en plus fréquentes, les autorités ont, depuis les années 1993, opté pour une nouvelle forme de gouvernance urbaine : le drainage et le déguerpissement. De 1993 à 2018, 16 cas de déguerpissements ayant occasionné le déplacement d’environ de 89060 personnes ont été recensés. Malgré tout, le risque perdure
Du côté des populations, les résultats révèlent que, majoritairement constituées de migrants ruraux, leur installation en zone inondable relève bien avant toute chose d’une stratégie d’insertion, de survie. Plus elles côtoient le risque ; plus leur perception du risque est avérée ; plus elles développent une accoutumance face à celui-ci et moins elles cherchent à se prémunir. Toutefois, si aujourd’hui, cette population très vulnérable réussit à s’insérer et à survivre en zone à risque en dépit de la fréquence des inondations observées, il est possible que dans les années à venir, la situation se complique davantage. La ville de Douala fait montre d’une croissance démographique très importante et face à elle, l’urbanisation se poursuit à un rythme manifestement inapproprié et contribuera malencontreusement à une augmentation des inondations. Par ailleurs, les études récentes indiquent une élévation du niveau marin 23,6 cm d’ici 2025 par rapport à 2008 (Domguia, 2016.) et une augmentation de la pluie moyenne annuelle de l’ordre de 35% à l’horizon 2050 (CLUVA, 2012) . Il s’agit des données non négligeables dont devraient tenir compte les politiques de développement sur le long terme.


File(s)

Document(s)

File
Access TFE_AMANEJIEU_AMELIE(1).pdf
Description: -
Size: 9.43 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Amanejieu, Amelie ULiège Université de Liège > Mast. spéc. gest. risq. catas.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • de Longueville, Florence Université de Namur > Département de Géographie
  • Total number of views 346
  • Total number of downloads 3445










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.