Feedback

Faculté des Sciences
Faculté des Sciences
MASTER THESIS
VIEW 32 | DOWNLOAD 2

Analyse de la corrélation entre la fragmentation de l'habitat et le taux d'enlèvement des graines au sein de la forêt atlantique brésilienne

Download
Simon, Astrid ULiège
Promotor(s) : Hambuckers, Alain ULiège
Date of defense : 5-Sep-2018 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/5579
Details
Title : Analyse de la corrélation entre la fragmentation de l'habitat et le taux d'enlèvement des graines au sein de la forêt atlantique brésilienne
Author : Simon, Astrid ULiège
Date of defense  : 5-Sep-2018
Advisor(s) : Hambuckers, Alain ULiège
Committee's member(s) : Doucet, Jean-Louis ULiège
Trolliet, Franck ULiège
Language : French
Number of pages : 34
Discipline(s) : Life sciences > Environmental sciences & ecology
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences et gestion de l'environnement, à finalité spécialisée pays en développement
Faculty: Master thesis of the Faculté des Sciences

Abstract

[fr] Les activités humaines destructrices pratiquées au sein de nombreuses forêts dans le monde ne sont aujourd’hui plus négligeables. Ces activités telles que la chasse, la mise à feu ou la coupe engendrent une fragmentation des habitats qui peut engendrer des dysfonctionnements au niveau de la distribution et des échanges entre les espèces végétales et animales. De plus, la disparition totale de certaines espèces est également probable. Il serait alors particulièrement intéressant de pouvoir comprendre les conséquences écologiques et les réponses des espèces face à ces nombreuses menaces. L’étude des réactions animales et végétales pourrait permettre de réaliser cette analyse. À cette fin, le phénomène de zoochorie, c’est-à-dire le transport des diaspores par les animaux pourraient être un instrument de mesure intéressant. La dispersion des graines et donc la répartition des espèces fruitières dans le paysage sont principalement réalisées par ce type d’interaction plante-animal. Il est dès lors très important de comprendre les conséquences des perturbations liées à ce phénomène. Une des conséquences ainsi constatées est le remplacement des espèces d’arbres ombrophiles possédant généralement de grosses graines par des espèces héliophiles ayant des petites graines. De plus, la chasse engendre une réduction de la population de gros animaux au sein des forêts qui sont les principaux disperseurs des grosses graines.

L’analyse de la relation entre la fragmentation forestière et la dispersion des graines permettrait alors de comprendre les réponses des espèces face aux perturbations humaines. Cette analyse peut être réalisée à partir d’une étude statistique de la corrélation entre le taux d’enlèvement des graines par les animaux et la proportion des couvertures forestières. Ce taux représente le phénomène de dispersion des graines ainsi que leur prédation par les animaux. Plus précisément, le taux d’enlèvement des graines par les animaux est mesuré à partir du nombre de fruits intacts, non intacts et du nombre de graines au sol sous la canopée de l’individu à l’étude.

La forêt atlantique brésilienne étant l’une des forêts les plus dégradées au monde, une analyse des conséquences de cette dégradation peut facilement y être réalisée. Pour cette étude, trois espèces d’arbres fruitiers ont été sélectionnées : Brosimum rubescens est considéré comme ombrophile tandis que les deux autres, Inga vera et Helicostylis tomentosa sont héliophiles. Cette distinction a été effectuée afin d’analyser si la fragmentation favorise les espèces héliophiles comme nous le prédisions. Le taux d’enlèvement des graines par les animaux de ces trois espèces a été calculé au sein de différents fragments de forêt caractérisés par des taux de couvertures forestières différentes. Lors de cette analyse, d’autres corrélations entre le taux d’enlèvement et les caractéristiques des arbres, des paysages et du nombre total de graines produites ont été étudiées.

Dans l’ensemble, la présente étude nous démontre la présence de relations de type logiques qui indiquent que les méthodes utilisées ont été correctement choisies et appliquées. Cependant, les relations observées ne semblent pas être suffisamment établies, cela serait dû au faible nombre de données récoltées. Cette étude peut toutefois confirmer la présence d’une relation positive entre le taux d’enlèvement des graines par les animaux et la proportion de couvertures forestières pour Helicostylis tomentosa. Cette espèce étant considérée comme héliophile, ce n’est pas le résultat auquel nous nous attendions. Nous avons également constaté que les caractéristiques environnementales ainsi que celles des arbres ont d’étroites relations avec le taux d’enlèvement des graines. Dès lors, afin d’avoir des résultats permettant d’affirmer quoi que ce soit, il eut été nécessaire d’étudier davantage d’individus au sein de plus de fragments de forêts. De plus, la majorité des relations entre le taux d’enlèvement des graines, les caractéristiques des arbres et des paysages laissent penser que les animaux dispersant les graines des 3 espèces à l’étude sont différents et peu nombreux, peu importe la proportion de couvertures forestières analysée. L’étude des animaux disperseurs respectifs aux espèces pourrait permettre de confirmer ces affirmations.

Nous comprenons alors que les relations entre le taux d’enlèvement des graines et la fragmentation forestière ne sont pas simples à analyser ; cela est dû aux différents facteurs pouvant influencer ce taux, tels que les caractéristiques propres à chaque arbre, celles des paysages ainsi que des animaux disperseurs, ceux-ci étant affectés par de nombreux éléments qui engendrent une fragmentation et les font disparaitre totalement ou en partie des forêts. La chasse est l’une des principales causes de cette disparition : cette pratique est courante afin de protéger les cultures, de récolter des matières médicinales, de la viande, ou encore pour avoir des animaux de compagnie. Dans la région de Bahia, là où les données ont été récoltées, la chasse sportive est également courante, et pourrait être la cause d’une pression plus générale sur l’écosystème forestier, indépendamment de la fragmentation.


File(s)

Document(s)

File
Access TFE M2 SGE PED 2017-2018 SIMON ASTRID.pdf
Description:
Size: 1.64 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Simon, Astrid ULiège Université de Liège > Master sc. & gest. env., à fin.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Doucet, Jean-Louis ULiège Université de Liège - ULiège > Ingénierie des biosystèmes (Biose) > Laboratoire de Foresterie des régions trop. et subtropicales
    ORBi View his publications on ORBi
  • Trolliet, Franck ULiège Université de Liège - ULiège > Département d'astrophys., géophysique et océanographie (AGO) > Modélisation du climat et des cycles biogéochimiques
    ORBi View his publications on ORBi
  • Total number of views 32
  • Total number of downloads 2










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.