Feedback

Faculté de Médecine Vétérinaire
Faculté de Médecine Vétérinaire
MASTER THESIS
VIEW 56 | DOWNLOAD 1

Prévention immunologique et pharmacologique de la maladie de Lyme chez le chien

Download
Gibert, Clémence ULiège
Promotor(s) : Gillet, Laurent ULiège
Date of defense : 27-Jun-2019 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/7117
Details
Title : Prévention immunologique et pharmacologique de la maladie de Lyme chez le chien
Translated title : [en] Immunological and pharmacological prevention of Lyme disease in dogs
Author : Gibert, Clémence ULiège
Date of defense  : 27-Jun-2019
Advisor(s) : Gillet, Laurent ULiège
Committee's member(s) : Vanderplasschen, Alain ULiège
Dewals, Benjamin ULiège
Machiels, Benedicte ULiège
Boutier, Maxime ULiège
Language : French
Number of pages : 38
Keywords : [fr] Maladie de Lyme
[fr] Borrelia burgdorferi
[fr] Chien
[fr] Prévention
[fr] Vaccination
[fr] Vétérinaire
Discipline(s) : Life sciences > Veterinary medicine & animal health
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en médecine vétérinaire
Faculty: Master thesis of the Faculté de Médecine Vétérinaire

Abstract

[fr] La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est la pathologie transmise par les tiques la plus fréquente en Europe. Les tiques du genre Ixodes, infectées par la bactérie du genre Borrelia burgdorferi sensu lato, peuvent la transmettre lors d’un repas de sang sur un mammifère. Ce dernier produit alors une réponse immune contre la bactérie, qui va ainsi induire un dérèglement multisystémique de son système inflammatoire. L’Homme infecté peut présenter des symptômes précoces, notamment l’apparition d’un érythème migrant autour du site de morsure, mais également des symptômes plus tardifs comme de la neuroborréliose ou de l’arthrite. Le chien est l’animal le plus sensible à l’infection et peut ainsi servir de modèle d’étude de la pathologie chez l’Homme. Le diagnostic de la maladie se fait soit par détection directe de la bactérie, soit par détection indirecte, par des méthodes immuno-enzymatiques et un test immunoblot. Le traitement consiste en une antibiothérapie longue durée chez les mammifères atteints, mais la récupération peut ne pas être totale. Afin de prévenir le développement de la maladie, la méthode de prévention la plus efficace est de limiter les morsures de tiques. A cet effet, il existe un certain nombre de molécules pharmacologiques ayant une activité répulsive ou acaricide contre les tiques, chacune ayant un mode d’action et une efficacité variables. Par le nombre important de génoespèces de Borrelia burgdorferi sensu lato présentes en Europe, la vaccination contre cette bactérie est difficile à mettre en place. Des études sont actuellement menées pour développer un vaccin permettant une immunité croisée entre les génoespèces de la bactérie, tandis que d’autres étudient certaines protéines de la tique, pour permettre une réduction de la population de ce vecteur.

[en] Lyme disease, or Lyme borreliosis, is the most common tick-borne disease in
Europe. Ixodes ticks, infected by the bacterium Borrelia burgdorferi sensu lato, can transmit
it through a blood meal on a mammalian host. This host then produces an immune response
against the bacterium, which induces a multisystemic disorder of his inflammatory system.
Infected human can present early symptoms like an erythema migrans around the bite site, but
also late symptoms like neuroborreliosis or arthritis. Dog is the most sensitive animal to the
disease, he actually acts like a model to the human disease. Diagnosis of Lyme disease
employs direct detection of the bacterium and indirect detection, with enzyme-linked
immunosorbent assay and immunoblot test. Treatment consists in a long term antiobotherapy
in infected mammals, but the recovery may not be complete. To prevent the infection, the
most efficient method is to decrease the risk of a tick bite. For this purpose, there are multiple
pharmocological molecules with a repulsive or acaricidal property against ticks, with specific
mechanism of action and efficacy. Researches are in progress to develop a vaccine that could
provide a cross immunity between ths genospecies, while others study ticks proteins to induce
a reduction of this vector population.


File(s)

Document(s)

File
Access Erratum_TFE_ClemenceGIBERT_S145065.pdf
Description: -
Size: 94.3 kB
Format: Adobe PDF
File
Access TFE_ClemenceGIBERT_S145065.pdf
Description:
Size: 798.76 kB
Format: Adobe PDF

Author

  • Gibert, Clémence ULiège Université de Liège > Master méd. vété.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Total number of views 56
  • Total number of downloads 1










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.