Feedback

Faculté de Médecine Vétérinaire
Faculté de Médecine Vétérinaire
MASTER THESIS
VIEW 285 | DOWNLOAD 12

Impacts environnementaux de l'élevage d'insectes et comparaison aux autres sources de protéines animales

Download
Quatromme, Clémence ULiège
Promotor(s) : Cabaraux, Jean-Fran�ois ULiège
Date of defense : 2-Jul-2020 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/9533
Details
Title : Impacts environnementaux de l'élevage d'insectes et comparaison aux autres sources de protéines animales
Translated title : [fr] Environmental impacts of insect farming and comparaison with other sources of animal protein
Author : Quatromme, Clémence ULiège
Date of defense  : 2-Jul-2020
Advisor(s) : Cabaraux, Jean-Fran�ois ULiège
Committee's member(s) : Moyse, Evelyne ULiège
Detilleux, Johann ULiège
Vandenheede, Marc ULiège
Language : French
Number of pages : 41
Discipline(s) : Life sciences > Veterinary medicine & animal health
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en médecine vétérinaire
Faculty: Master thesis of the Faculté de Médecine Vétérinaire

Abstract

[fr] D’ici 2050, la population mondiale atteindra les 9 milliards d’habitants. La demande en protéine animale augmentera de 80% d’ici-là. L’élevage d’insectes pourrait constituer une alternative plus respectueuse de l’environnement pour la production de protéines animales par rapport aux élevages conventionnels. En effet, les émissions de gaz à effet de serre et d’ammoniac par les insectes semblent plus faibles que chez les porcs, volailles et bovins. L’efficacité de conversion alimentaire (quantité de nourriture requise en kilogramme pour produire une augmentation de 1 kilogramme de masse corporelle de l’animal) est un indicateur de choix pour la comparaison entre l’élevage d’insectes et d’animaux conventionnels et est couramment utilisée dans tous types d’élevages. Nous constatons que les grillons sont deux fois plus efficaces dans la conversion des aliments que la volaille, au moins quatre fois plus que les porcs et douze fois plus que les bovins. L’alimentation dans les systèmes de production animale est un facteur déterminant dans l’impact environnemental ; cependant il est possible de le réduire en donnant notamment une alimentation dite non conventionnelle. Par exemple, les coproduits issus de l’industrie alimentaire (alimentation couramment utilisée pour les bovins et les porcs), les engrais comme le fumier dont la valeur économique est souvent négligeable ainsi que des substrats dit contaminés par des métaux lourds ou mycotoxines qui sont impropres à l’alimentation humaine sont des alternatives possibles. Cependant, la meilleure méthode pour quantifier l’impact environnemental d’un produit alimentaire est l’analyse du cycle de vie (ACV). Celle-ci prend en compte toute la chaine de production, de l'acquisition des matières premières à sa production, son utilisation, son traitement en fin de vie, son recyclage et sa mise au rebut du produit. Une ACV comparant deux espèces de vers de farine à d’autres productions animales conventionnelles tels que les porcs, les volailles, les bovins et le lait de bovins a été réalisé. Le potentiel de réchauffement climatique ainsi que l’utilisation des terres semblent être nettement inférieurs pour la production d’insectes. Cependant pour l’utilisation des énergies fossiles, les résultats ne semblent pas être en faveur des insectes. Malgré cet engouement, les insectes seront-ils une nouvelle source de protéines animales ou plutôt utilisés comme un complément aux sources protéiques actuelles ? L’aspect culturel est aussi à prendre en compte car cela a un fort impact quant à la question de faut-il ou non manger des insectes. L’élevage d’insectes assurant un impact environnemental plus faible face aux élevages conventionnels nécessite des recherches plus approfondies.

[en] By 2050, the world’s population will reach 9 billion. The demand for animal protein will increase by 80% by then. Insect farming could be a more environmentally friendly alternative for the production of animal protein compared to conventional farming. Indeed, greenhouse gas and ammonia emissions from insects appear lower than in pigs, poultry and cattle. Food conversion efficiency (quantity of food required in kilograms to produce 1 kilogram of animal body mass) is a choice indicator for the comparison between insects raising and conventional animals and is commonly used in all types of farms. We find that crickets are twice as efficient in converting food than poultry, at least four times more than pigs and twelve times more than cattle. Feed in animal production systems is a determining factor in the environmental impact ; however, it’s possible to reduce it by giving a so-called unconventional diet. For example, co-products from the food industry (feed commonly used for cattle and pigs), fertilizers such as manure whose economic value is often negligible as well as substrates said to be contaminated with heavy metals or mycotoxins which are unfit for human consumption are possible alternatives. However, the best method to quantify the environmental impact of a food product is life cycle assessment (LCA). This takes into account the entire production chain, from the acquisition of raw materials to his production, his use, his end-of-life treatment, his recycling and his disposal of the product. An LCA who compares two species of mealworms with other conventional animal products such as pigs, poultry, cattle and cattle milk was carried out. The potential for global warming and land use appear to be significantly lower for insect production. However, for the use of fossil fuels, the results do not seem to be in favor of insects. Despite this craze, will insects be a new source of animal protein or will they be used as a complement to current protein sources ? The cultural aspect needs to be taken into account because it has a strong impact on the question of whether or not to eat insects. Raising insects with a lower environmental impact compared to conventional farming requires further research.


File(s)

Document(s)

File
Access QUATROMME_CLEMENCE_TFE_FMV_JUIN2020_PROVISOIRE.pdf
Description:
Size: 592.31 kB
Format: Adobe PDF
File
Access QUATROMME_Clémence_TFE_FMV_JUIN2020_définitif.pdf
Description:
Size: 762.67 kB
Format: Adobe PDF
File
Access Erratum_QUATROMME_Clémence_TFE_FMV_JUIN2020_définitif.pdf
Description: -
Size: 120.29 kB
Format: Adobe PDF

Author

  • Quatromme, Clémence ULiège Université de Liège > Master méd. vété.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Moyse, Evelyne ULiège Université de Liège - ULiège > Dpt. de gestion vétérinaire des Ressources Animales (DRA) > Biostatistiques et bioinformatique appliquées aux sc. vétér.
    ORBi View his publications on ORBi
  • Detilleux, Johann ULiège Université de Liège - ULiège > Dpt. de gestion vétérinaire des Ressources Animales (DRA) > Génétique quantitative
    ORBi View his publications on ORBi
  • Vandenheede, Marc ULiège Université de Liège - ULiège > Dpt. de gestion vétérinaire des Ressources Animales (DRA) > Ethologie vétérinaire et bien-être des animaux
    ORBi View his publications on ORBi
  • Total number of views 285
  • Total number of downloads 12










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.