Feedback

Faculté des Sciences
Faculté des Sciences
MASTER THESIS
VIEW 109 | DOWNLOAD 26

Etude hydrogéologique et minéralogique des « pouhons » du Massif de Stavelot

Download
Depret, Martin ULiège
Promotor(s) : Hatert, Frédéric ULiège ; Dassargues, Alain ULiège
Date of defense : 3-Sep-2020 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/9885
Details
Title : Etude hydrogéologique et minéralogique des « pouhons » du Massif de Stavelot
Translated title : [en] Hydrogeological and mineralogical study of "pouhons" in the lower Paleozoic Stavelot-Venn massif
Author : Depret, Martin ULiège
Date of defense  : 3-Sep-2020
Advisor(s) : Hatert, Frédéric ULiège
Dassargues, Alain ULiège
Committee's member(s) : Fagel, Nathalie ULiège
Boulvain, Frédéric ULiège
Language : French
Number of pages : 76
Keywords : [fr] Massif de Stavelot, pouhon, phyllade, uranium, boue ferrugineuse
Discipline(s) : Physical, chemical, mathematical & earth Sciences > Earth sciences & physical geography
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences géologiques, à finalité approfondie
Faculty: Master thesis of the Faculté des Sciences

Abstract

[fr] Le sud-est de la Belgique, et plus particulièrement le Massif de Stavelot, regorge de
nombreuses sources minérales carbo-gazeuses fortement ferrugineuses, localement appelées «
pouhons ». Ces eaux montrent une composition particulière et sont relativement riches en fer,
en manganèse mais également en lithium. Ces pouhons présentent une couleur orange-rouge
caractéristique liée à la précipitation d’oxydes et d’hydroxydes de fer à l’émergence des eaux
souterraines. Des mesures du contenu en radon de nombreux échantillons ont montré que
certains de ces dépôts étaient particulièrement radioactifs. Les analyses géochimiques
réalisées dans le cadre de ce mémoire montrent que les phyllades noirs de la Formation de la
Gleize présentent un enrichissement en HFSE (Pb, U, Y, Ce, Zr, Ti, Nb) et sont appauvries en
métaux de transition (Co, Ni, Cu, Zn). Les analyses au microscope électronique à balayage et
par diffraction des rayons X sur poudre ont permis d’identifier des minéraux tels que la
florencite-(Ce), la monazite-(Ce), le rutile, le xénotime- (Y) et le zircon. Tous ces minéraux
sont susceptibles d'incorporer de petites quantités d’uranium dans leur structure et sont, à
l’évidence, à l'origine des anomalies radioactives observées dans ces phyllades. L'uranium a
donc probablement été progressivement lessivé de ces minéraux, transporté en solution et
finalement concentré dans ces boues ferrugineuses. Les analyses par diffraction des rayons X
sur poudre montrent que ces boues sont principalement composées de goethite (le plus
souvent amorphe) et de calcite. L’hypothèse la plus plausible est que l’uranium se trouve
principalement adsorbé en faible quantité sur la surface de la goethite dans ces dépôts. Enfin,
les résultats montrent que l’eau des pouhons a probablement interagi avec différentes roches
caractérisées par des compositions minéralogiques et chimiques distinctes.


File(s)

Document(s)

File
Access Mémoire_1DMfinal.pdf
Description:
Size: 7.6 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Depret, Martin ULiège Université de Liège > Master en sc. géologiques, à fin.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Fagel, Nathalie ULiège Université de Liège - ULiège > Département de géologie > Argiles, géochimie et environnements sédimentaires
    ORBi View his publications on ORBi
  • Boulvain, Frédéric ULiège Université de Liège - ULiège > Département de géologie > Pétrologie sédimentaire
    ORBi View his publications on ORBi
  • Total number of views 109
  • Total number of downloads 26










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.