Feedback

Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie
Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie
MASTER THESIS
VIEW 204 | DOWNLOAD 477

Le mariage d'enfant en droit international privé

Download
Defrêne, Andy ULiège
Promotor(s) : Wautelet, Patrick ULiège
Academic year : 2020-2021 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/12766
Details
Title : Le mariage d'enfant en droit international privé
Author : Defrêne, Andy ULiège
Advisor(s) : Wautelet, Patrick ULiège
Language : French
Discipline(s) : Law, criminology & political science > Civil law
Law, criminology & political science > European & international law
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en droit, à finalité spécialisée en droit privé (aspects belges, européens et internationaux)
Faculty: Master thesis of the Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie

Abstract

[fr] Selon l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, le mariage d’enfant désigne l’union de deux personnes dont l’une au moins n’a pas atteint l’âge de dix-huit ans. Ce mariage atypique fait l’objet, depuis quelques années, d’un nombre croissant d’études pluridisciplinaires cherchant à mieux comprendre celui-ci. À ces études, sont venues s’ajouter, plus récemment, diverses réformes législatives visant à lutter contre ce phénomène.
En droit belge, le mariage de mineur reste toléré, mais est strictement encadré par les articles 145 et 148 du Code civil. Conformément à ceux-ci, une personne âgée de moins de dix-huit ans ne peut contracter mariage qu’aux conditions d’obtenir le consentement de ses parents ainsi qu’une autorisation préalable du tribunal de la famille qui ne l’octroiera que s’il existe des motifs graves le justifiant. Malheureusement, de nombreux États n’offrent pas de garanties comparables au régime belge. Chaque jour, des milliers d’enfants sont ainsi mariés contre leur volonté et deviennent victimes d’abus et de violences effroyables. Ces mariages précoces constituent, dans ce cas, une forme de mariage forcé et sont, à juste titre, condamnés sur la scène internationale depuis de nombreuses années.
La présente contribution est consacrée à l’une des plus récentes initiatives en la matière : la modification des règles de droit international privé régissant la célébration et la reconnaissance des mariages d’enfant. Pour chacune de ces parties, nous aborderons, tout d’abord, le régime belge actuel et, en particulier, la façon dont les officiers de l’état civil mettent en œuvre l’exception d’ordre public dans de telles situations. Nous présenterons, ensuite, les changements envisagés par la proposition de loi du 16 juillet 2019, à savoir la transformation des articles 144, 145 et 148 du Code civil en lois de police et la mise en place partielle d’une procédure d’exequatur devant le tribunal de la famille. Nous confronterons, dans un troisième temps, le droit belge actuel et (possiblement) futur aux récentes réformes suédoise et allemande dans ce domaine. Enfin, nous partagerons, sur la base de cette comparaison, quelques observations personnelles sur l’opportunité des modifications considérées.


File(s)

Document(s)

Author

  • Defrêne, Andy ULiège Université de Liège > Master droit, à fin.

Promotor(s)

  • Total number of views 204
  • Total number of downloads 477










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.