Feedback

Gembloux Agro-Bio Tech (GxABT)
Gembloux Agro-Bio Tech (GxABT)
MASTER THESIS
VIEW 16 | DOWNLOAD 59

Quelle est la plus-value de l'architecte paysagiste au sein des projets de gestion des eaux pluviales en milieu urbain ? Etude de cas au sein de la Région de Bruxelles-Capitale

Download
Van Pevenaeyge, Corentin ULiège
Promotor(s) : Martineau, Julie ULiège ; Degré, Aurore ULiège
Date of defense : 23-Jun-2022 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/14875
Details
Title : Quelle est la plus-value de l'architecte paysagiste au sein des projets de gestion des eaux pluviales en milieu urbain ? Etude de cas au sein de la Région de Bruxelles-Capitale
Translated title : [en] What is the added value of the landscape architect in urban stormwater management projects? Case study in the Brussels-Capital Region
Author : Van Pevenaeyge, Corentin ULiège
Date of defense  : 23-Jun-2022
Advisor(s) : Martineau, Julie ULiège
Degré, Aurore ULiège
Committee's member(s) : Bogaert, Jan ULiège
Gobbe, Emmanuelle ULiège
Kandjee, Thierry ULiège
Vancutsem, Didier ULiège
Language : French
Number of pages : 102
Keywords : [fr] Architecte paysagiste
[fr] Bruxelles
[fr] Espace public
[fr] Gestion des eaux pluviales
[en] Landscape architect
[en] Brussels
[en] Public space
[en] Stormwater management
Discipline(s) : Engineering, computing & technology > Architecture
Life sciences > Environmental sciences & ecology
Life sciences > Multidisciplinary, general & others
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master architecte paysagiste, à finalité spécialisée
Faculty: Master thesis of the Gembloux Agro-Bio Tech (GxABT)

Abstract

[fr] Les inondations qu’a connu la Belgique lors de l’été 2021 nous rappellent, une fois de plus, que nos villes ne sont pas forcément prêtes à lutter contre les phénomènes météorologiques extrêmes. L’omniprésence des surfaces imperméables (voiries, bâtiments, taux restreint d’espaces verts, …) rend l’infiltration de l’excès d’eaux pluviales difficile. Ces eaux finissent par rejoindre les eaux grises au sein des systèmes de collecte qui ne sont bien souvent pas conçus pour gérer de tels volumes d’eau. Ainsi les réseaux d’égouttage arrivent à saturation et finissent par déborder ; cause principale des inondations en Région de Bruxelles-Capitale.
Ce travail de fin d’étude a pour objectif de mettre en lumière la nécessité, les plus-values que l’architecte paysagiste apporte dans les projets de gestion des eaux pluviales en milieu urbain.
Ce travail débute par l’établissement d’un état de l’art qui retrace l’évolution de la gestion des eaux pluviales en ville : de l’apparition des premiers systèmes d’égouts aux systèmes de collecte et de gestion des eaux actuels. Cette partie du travail présente également diverses approches de gestion intégrée des eaux pluviales apparues de par le monde à la suite de l’atteinte des limites des réseaux de collectes actuels. Ce mémoire se focalise sur la Région de Bruxelles-Capitale et réalise également l’histoire de la Région liée à l’eau - de sa création à ses problèmes anciens et actuels d’inondations - ainsi que des moyens mis en œuvre par la Région pour faire face à cette problématique. En vue d’initier des pistes de réflexion sur la plus-value de l’architecte paysagiste au sein de ce type de projet, l’état de l’art se conclut sur une étude de l’évolution de l’architecture du paysage : de la période hellénistique et de ses premières considérations du paysage à la révolution industrielle et de ses enjeux ayant aboutis à la définition de l’IFLA de la profession d’architecte paysagiste en 2019. Ceci en vue de pouvoir dégager la pratique paysagiste au sein de l’espace public, de manière théorique d’abord puis pratique ensuite au travers de la présentation de trois projets pionniers en terme de gestion des eaux pluviales à savoir celui du Parc de la Pede à Anderlecht (Belgique), celui des « Green street » de Portland (USA) et celui de la ville de Malmö (Suède).
La deuxième partie de ce travail analyse huit projets bruxellois de gestion des eaux pluviales au sein de l’espace public, réalisés avec et sans architecte paysagiste, en vue de montrer la plus-value apportée par ces derniers au sein de ce type de projets. Ces derniers étant le projet de réaménagement de la Rue du Wagon à Uccle, le projet de Parc urbain Jonction à Bruxelles-Ville, le projet de Recypark / Skatepark à Anderlecht, le projet de réaménagement du Parc Jules Lahaye à Jette, le projet de rénovation du Parc Saint-François à Saint-Josse-ten-Noode, le projet du quartier Homborchveld à Uccle, le projet d’aménagement de la Place Marie Janson à Saint-Gilles ainsi que celui portant sur l’aménagement de l’Avenue du Cognassier à Berchem-Sainte-Agathe.
La troisième partie de ce travail synthétise les résultats sous la forme de deux tableaux.
La quatrième partie de ce travail compare ces différents projets sur base de ces deux tableaux.

[en] The floods in Belgium in the summer of 2021 remind us, once again, that our cities are not necessarily prepared to fight extreme weather events. The omnipresence of impermeable surfaces (roads, buildings, limited green spaces, etc.) makes it difficult to infiltrate excess rainwater. This water ends up joining grey water in collection systems that are often not designed to manage such volumes of water. As a result, the drainage networks reach saturation and end up overflowing; the main cause of flooding in the Brussels-Capital Region.
The aim of this end-of-study project is to highlight the need for, and the added value that the landscape architect brings to rainwater management projects in the urban environment.
This work begins by establishing a state of the art that traces the evolution of stormwater management in cities: from the appearance of the first sewer systems to the current water collection and management systems. This part of the work also presents various integrated stormwater management approaches that have emerged around the world as a result of the limitations of current collection systems. This thesis focuses on the Brussels-Capital Region and also carries out the history of the Region linked to water - from its creation to its former and current flooding problems - as well as the means implemented by the Region to deal with this problem. In order to initiate reflection on the added value of the landscape architect within this type of project, the state of the art concludes with a study of the evolution of landscape architecture: from the Hellenistic period and its first considerations of landscape to the industrial revolution and its challenges, which led to the IFLA definition of the profession of landscape architect in 2019. This is done in order to be able to identify the landscape practice within the public space, first in a theoretical way and then in a practical way through the presentation of three pioneer projects in terms of rainwater management, namely the Pede Park in Anderlecht (Belgium), the "Green Street" in Portland (USA) and the city of Malmö (Sweden)
The second part of this work analyses eight Brussels projects of rainwater management in public space, carried out with and without a landscape architect, in order to show the added value of the latter within this type of project. The latter are the Rue du Wagon redevelopment project in Uccle, the Jonction urban park project in Brussels-City, the Recypark / Skatepark project in Anderlecht, the Jules Lahaye Park redevelopment project in Jette, the Saint-François Park renovation project in Saint-Josse-ten-Noode, the Homborchveld district project in Uccle, the Place Marie Janson development project in Saint-Gilles and the Avenue du Cognassier development project in Berchem-Sainte-Agathe.
The third part of this work summarises the results in the form of two tables.
The fourth part of this work compares these different projects on the basis of these two tables.

Author

  • Van Pevenaeyge, Corentin ULiège Université de Liège > Gembloux Agro-Bio Tech

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Total number of views 16
  • Total number of downloads 59










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.