Feedback

Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
MASTER THESIS
VIEW 133 | DOWNLOAD 352

Lien entre dangerosité réelle et perçue des drogues : Exploration des facteurs influençant la perception des risques associés à l'usage de drogues

Download
Godefroid, Chanael ULiège
Promotor(s) : Simon, Jessica ULiège
Date of defense : 29-Aug-2022/6-Sep-2022 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/16251
Details
Title : Lien entre dangerosité réelle et perçue des drogues : Exploration des facteurs influençant la perception des risques associés à l'usage de drogues
Author : Godefroid, Chanael ULiège
Date of defense  : 29-Aug-2022/6-Sep-2022
Advisor(s) : Simon, Jessica ULiège
Committee's member(s) : Didone, Vincent ULiège
Hogge, Michaël 
Language : French
Number of pages : 61
Keywords : [fr] Perception des drogues
[fr] Dangerosité des drogues
Discipline(s) : Social & behavioral sciences, psychology > Theoretical & cognitive psychology
Target public : Researchers
Professionals of domain
Student
General public
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences psychologiques, à finalité spécialisée en psychologie clinique
Faculty: Master thesis of the Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education

Abstract

[fr] L’équipe de Nutt et al. (2007 ; 2010) a développé une méthode permettant d’évaluer la dangerosité réelle de drogues. Celle-ci repose sur un classement établi par un groupe d’experts des toxicomanies qui ont évalué pour chaque drogue un ensemble de critères liés aux risques physiques, psychologiques et sociaux pour le consommateur et pour les autres personnes. Malheureusement, les données actuelles suggèrent que le classement des experts n’est que faiblement corrélé à la dangerosité des drogues telle qu’elle est perçue par l’opinion publique (Cheeta et al., 2018 ; Reynaud et al., 2013). Les quelques études actuelles sur le sujet comportent cependant de nombreuses faiblesses dont le manque de représentativité des échantillons, dans certains cas l’absence de comparaison directe entre la dangerosité perçue par le grand public et la dangerosité évaluée par les experts et le manque de prise en compte des conséquences à court et long termes des drogues. Peu d’entre elles s’intéressent aux facteurs qui peuvent influencer notre perception de la dangerosité des drogues. Enfin, ces études sont principalement réalisées en Norvège, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Or, le cadre législatif et certains aspects culturels peuvent largement impacter notre perception de la dangerosité des drogues. Le but de cette étude est de déterminer s’il existe une corrélation positive entre la dangerosité réelle de certaines drogues (alcool, héroïne, cocaïne, tabac, cannabis, ecstasy, LSD et protoxyde d’azote) et la dangerosité perçue par la population wallonne francophone (18-65 ans). Pour ce faire, nous avons comparé l’évaluation de la dangerosité des drogues mesurées dans notre échantillon au classement fourni par les experts (Nutt et al., 2007 ; 2010). En outre, nous avons exploré les variables qui peuvent moduler notre perception de la dangerosité des drogues. En particulier, nous nous sommes focalisés sur la consommation de la personne, les facteurs psychologique (impulsivité), démographiques (âge, genre, ethnicité, religion, statut socio-économique, niveau d’éducation et milieu de vie) et socio-culturels (norme sociale, culture populaire et législation) ainsi que sur l’impact des campagnes de sensibilisation.
Nous avons eu recours à une méthode d’échantillonnage stratifié selon différents critères de représentativité (âge, province et genre) que nous avons croisés afin d’obtenir 50 catégories. L’enquête a été diffusée via un questionnaire en ligne.
Nos résultats montrent une mauvaise concordance entre le classement des experts et celui de la population. Cependant, la population avait tendance à surestimer la dangerosité des drogues, ce qui représente un facteur protecteur contre la consommation (Elekes et al., 2009 ; Ellickson & Hays, 1992 ; Grevenstein et al., 2015 ; Guo et al., 2001 ; Johnston et al., 2004 ; Martínez-Vispo & Dias, 2020 ; Miech et al., 2017 ; Pilatti et al., 2017 ; Smith & Rosenthal, 1995). Les consommateurs, de leur côté, avaient tendance à avoir une perception de la dangerosité des drogues plus faible. Elle était plus réaliste et proche de celle des experts. Enfin, nous avons constaté que la plupart des drogues, excepté le protoxyde d’azote, étaient influencées par ces facteurs, mais pas de façon consistante pour toutes les substances. Il s’agit donc de données importantes concernant la prévention/sensibilisation. Il serait préférable d’agir différentiellement en fonction du public (consommateurs/non-consommateurs) et de la drogue.


File(s)

Document(s)

File
Access Mémoire partim 2 Godefroid Chanael.pdf
Description:
Size: 1.4 MB
Format: Adobe PDF
File
Access Erratum_Mémoire partim 2 Godefroid Chanael.pdf
Description: -
Size: 222.89 kB
Format: Adobe PDF

Author

  • Godefroid, Chanael ULiège Université de Liège > Master sc. psycho., à fin.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Didone, Vincent ULiège Université de Liège - ULiège > Département de Psychologie > Méta-recherche et éthique de la méthodologie quantitative
    ORBi View his publications on ORBi
  • Hogge, Michaël
  • Total number of views 133
  • Total number of downloads 352










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.