Feedback

Gembloux Agro-Bio Tech (GxABT)
Gembloux Agro-Bio Tech (GxABT)
MASTER THESIS
VIEW 104 | DOWNLOAD 134

Etude de la capacité de résilience et de tolérance des arbres têtards fourragers au pâturage estival par des bovins.

Download
Davaine, Claude ULiège
Promotor(s) : Bindelle, Jérôme ULiège ; Mesbahi, Geoffrey
Date of defense : 9-Jan-2023 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/16656
Details
Title : Etude de la capacité de résilience et de tolérance des arbres têtards fourragers au pâturage estival par des bovins.
Translated title : [en] Study of the resilience and tolerance capacity of forage pollarded trees to summer grazing by cattle.
Author : Davaine, Claude ULiège
Date of defense  : 9-Jan-2023
Advisor(s) : Bindelle, Jérôme ULiège
Mesbahi, Geoffrey 
Committee's member(s) : Beckers, Yves ULiège
Dufrasne, Isabelle ULiège
Language : French
Number of pages : 67
Keywords : [fr] arbre fourrager
[fr] résilience
[fr] tolérance
[fr] sylvopastoralisme
[fr] Alnus cordata (Loisel.)
[fr] Ulmus 'Nanguen'
[fr] Morus alba L.
[fr] Fraxinus excelsior L.
[fr] tolerance
[fr] resilience
[fr] silvopastoralism
[en] forage tree
Discipline(s) : Life sciences > Agriculture & agronomy
Life sciences > Environmental sciences & ecology
Funders : Fondation de France
Interreg Atlantic Area
Research unit : INRAE - Unité Ferlus
Name of the research project : OasYs
Target public : Researchers
Professionals of domain
Student
General public
Other
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en bioingénieur : sciences agronomiques, à finalité spécialisée
Faculty: Master thesis of the Gembloux Agro-Bio Tech (GxABT)

Abstract

[fr] Depuis ces dix dernières années, les sécheresses estivales récurrentes dues au changement climatique limitent la disponibilité en herbe, impactant l’autonomie fourragère des exploitations. Face à ce constat, il devient primordial de réfléchir à de nouvelles pratiques d’alimentation pour le bétail.

L’utilisation d’arbres fourragers existe depuis le Néolithique. Cependant, à partir du 19ème siècle, la scission entre la sylviculture et le pastoralisme ainsi que l’intensification de l’agriculture, ont provoqué un abandon progressif de cette pratique. Le projet OasYs, dirigé par S. Novak, est une expérimentation système qui tente de repenser un élevage laitier dans sa globalité dans un contexte de changement climatique. L’un des objectifs consiste à faire pâturer une prairie agroforestière en été, afin d’évaluer la capacité des arbres à produire une quantité et une qualité de fourrage suffisantes pour maintenir une production laitière pérenne et rentable. Le travail de recherche dont ce rapport fait l’objet s’insère dans ce projet, en s’intéressant à la résilience et à la tolérance des arbres fourragers au pâturage par des bovins.

Les arbres réalisent des stocks annuels d’hydrates de carbone (NSC) qui sont réalloués au maintien des processus biologiques de l’arbre dans les périodes de stress. À la suite d’une défoliation, l’arbre va puiser dans ces réserves carbonées pour synthétiser des nouveaux tissus. Cette croissance compensatoire est donc dépendante du stock en NSC, mais également de facteurs environnementaux comme la disponibilité en eau, en lumière et en nutriments ; ainsi que des capacités de l’arbre à tolérer un stress abiotique. Contrairement aux plantes herbacées prairiales, les mécanismes influençant la réponse de l’arbre à l’herbivorie sont encore peu connus.

Afin de participer à l’approfondissement des connaissances sur le sujet, ce travail de recherche
s’intéresse à l’influence de l’intensité de pâturage et de l’espèce d’arbre sur la capacité de résilience et de tolérance de l’arbre fourrager, un an puis deux mois après un pâturage par des bovins. Quatre espèces ont été retenues : l’orme Lutèce (Ulmus ‘Nanguen’), le frêne commun (Fraxinus excelsior L.), l’aulne de Corse (Alnus cordata (Loisel.)) et le mûrier blanc (Morus alba L.).

Les résultats obtenus démontrent une absence de résilience mais une tolérance des arbres fourragers au pâturage. La tolérance est corrélée négativement à l’augmentation de l’intensité de pâturage. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer la diminution de la production de biomasse lors de l’accroissement de la pression de pâturage ; notamment l’appauvrissement du stock en NSC ou encore la diminution des capacités photosynthétiques de l’arbre. Enfin, l’espèce d’arbre influence également la capacité de tolérance au pâturage selon les conditions climatiques. Dans des conditions de sécheresse estivale, les espèces méditerranéennes, l’aulne de Corse et le mûrier blanc, sont mieux adaptées et plus tolérantes au pâturage.


File(s)

Document(s)

File
Access s170815_Claude_Davaine_2023.pdf
Description:
Size: 1.33 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Davaine, Claude ULiège Université de Liège > Gembloux Agro-Bio Tech

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Beckers, Yves ULiège Université de Liège - ULiège > Département GxABT > Ingénierie des productions animales et nutrition
    ORBi View his publications on ORBi
  • Dufrasne, Isabelle ULiège Université de Liège - ULiège > Dpt. de gestion vétérinaire des Ressources Animales (DRA) > Nutrition des animaux domestiques
    ORBi View his publications on ORBi
  • Total number of views 104
  • Total number of downloads 134










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.