Feedback

Faculté de Médecine Vétérinaire
Faculté de Médecine Vétérinaire
MASTER THESIS
VIEW 50 | DOWNLOAD 1

Brucella spp. chez les mammifères marins

Download
Leboutte, Laure-Anne ULiège
Promotor(s) : Mainil, Jacques ULiège
Date of defense : 21-Jun-2021 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/11790
Details
Title : Brucella spp. chez les mammifères marins
Translated title : [en] Brucella spp. in marine mammals
Author : Leboutte, Laure-Anne ULiège
Date of defense  : 21-Jun-2021
Advisor(s) : Mainil, Jacques ULiège
Committee's member(s) : Mignon, Bernard ULiège
Saegerman, Claude ULiège
Thiry, Damien ULiège
Language : French
Number of pages : 32 pages
Keywords : [en] Brucellosis
[en] Marine mammals
[en] Brucella
[fr] Brucellose
[fr] Mammifères marins
[fr] Brucella pinnipedialis
[fr] Brucella ceti
Discipline(s) : Life sciences > Veterinary medicine & animal health
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en médecine vétérinaire
Faculty: Master thesis of the Faculté de Médecine Vétérinaire

Abstract

[fr] La brucellose est une zoonose induite par une bactérie Gram négative qui appartient au genre Brucella (B.) Elle se rencontre à la fois chez les animaux domestiques et chez les animaux sauvages dont les mammifères marins.
Chez ces derniers, B. ceti et B. pinnipedialis ont été isolées pour la première fois en 1994, en Écosse et en Californie, respectivement chez des cétacés et des pinnipèdes. Depuis lors, des évidences sérologiques et bactériologiques ont démontré la présence de ces bactéries partout dans le monde mais également chez d’autres espèces. Des séroprévalences ont notamment été mises en évidence chez des ours polaires et chez des loutres. L’incidence réelle de la brucellose reste cependant difficile à établir étant donné le mode de vie de ces mammifères et leur répartition mondiale.
Les voies de transmission de cette maladie n’ont pas encore été clairement établies mais il semblerait que des vers pulmonaires soient impliqués dans la transmission et que des poissons puissent être des hôtes intermédiaires. À ce jour, aucune preuve n’a pu le confirmer. Il en est de même quant à la contamination de l’homme, on ne sait pas comment celui-ci s’infecte. Seul quatre cas ont déjà été décrits : un laborantin et trois cas acquis de manière naturelle. Pour ces derniers, il n’a pas été possible de trouver la source de l’infection : il n’y avait pas eu de contact avec des mammifères marins. Cependant, il y avait eu consommation de poissons ou de fruits de mer crus, ce qui pourrait suggérer une transmission de la bactérie via des hôtes intermédiaires.
Il semblerait que ces bactéries provoquent des avortements chez les mammifères marins mais la plupart du temps elles sont retrouvées chez des animaux cliniquement sains ou qui sont déjà morts échoués. Un diagnostic de certitude sera donc difficile à poser en se basant uniquement sur la clinique comme c’était déjà le cas pour les souches terrestres.
Il existe encore beaucoup d’inconnues concernant les brucelles impliquées chez les mammifères marins. La vie sous-marine de ces espèces n’en facilite pas l’étude mais on peut espérer qu’à l’avenir des recherches complémentaires seront réalisées et permettront d’en apprendre davantage.

[en] Brucellosis is a zoonotic disease induced by a Gram-negative bacterium from the Brucella (B.) genus. The disease can be found both in domestic and wild animals such as marine mammals.
Among the latter, B. ceti and B. pinnipedialis were first isolated in 1994 in Scotland and California from cetaceans and pinnipeds respectively. Since then, serological and bacterial evidence has shown the presence of the bacteria all over the world but also in other species. Seroprevalences have been detected in polar bears and otters. However, the real incidence of brucellosis remains difficult to establish given the lifestyle of these mammals and their worldwide distribution.
The exact way of transmittance is unknown, but a hypothesis suggests that lung worms could be involved in transmission and that fish could act as intermediate hosts but these hypotheses haven not been confirmed yet. The same is true for the contamination of humans, four cases have already been described : a laboratory technician and three cases acquired naturally. For the latter, it was not possible to find the origin of the infection. There had been no contact with marine mammals, however, raw fish or seafood had been consumed which could suggest a transmission of the bacteria through intermediate hosts.
It appears that the bacteria induce abortions in marine mammals, but most of the time the bacteria are found in animals that are clinically healthy or that have already died stranded. A definite diagnosis will therefore be difficult to make on the basis of clinical findings alone, as was already the case for terrestrial strains.
There are still many unknowns with Brucella involved in marine mammals. The marine lifestyle of these species complicates the study of these bacteria, but hopefully more research will be carried out in the future, allowing us to learn more about the subject.


File(s)

Document(s)

File
Access LEBOUTTE_Laure-Anne_TFE_FMV_Juin2021_Provisoire.pdf
Description:
Size: 784.35 kB
Format: Adobe PDF
File
Access LEBOUTTE_Laure-Anne_TFE_FMV_Juin2021_Définitif.pdf
Description:
Size: 817.49 kB
Format: Adobe PDF

Author

  • Leboutte, Laure-Anne ULiège Université de Liège > Master méd. vété.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Mignon, Bernard ULiège Université de Liège - ULiège > Département des maladies infectieuses et parasitaires (DMI) > Mycologie vétérinaire
    ORBi View his publications on ORBi
  • Saegerman, Claude ULiège Université de Liège - ULiège > Département des maladies infectieuses et parasitaires (DMI) > Epidémiologie et analyse des risques appl. aux sc. vétér.
    ORBi View his publications on ORBi
  • Thiry, Damien ULiège Université de Liège - ULiège > Département des maladies infectieuses et parasitaires (DMI) > Bactériologie et pathologie des maladies bactériennes
    ORBi View his publications on ORBi
  • Total number of views 50
  • Total number of downloads 1










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.