Feedback

Faculté des Sciences
Faculté des Sciences
MASTER THESIS
VIEW 190 | DOWNLOAD 184

Changement climatique et vulnérabilités dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun: Quelles politiques publiques pour renforcer la résilience communautaire? Cas de la commune de Datcheka

Download
Tchassem Pinlap, Jonas ULiège
Promotor(s) : Schiffino, Nathalie
Date of defense : 6-Sep-2021/7-Sep-2021 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/13270
Details
Title : Changement climatique et vulnérabilités dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun: Quelles politiques publiques pour renforcer la résilience communautaire? Cas de la commune de Datcheka
Translated title : [en] CLIMATE CHANGE AND VULNERABILITY IN THE FAR NORTH REGION OF CAMEROON: WHAT PUBLIC POLICIES TO STRENGTHEN COMMUNITY RESILIENCE? CASE OF THE MUNICIPALITY OF DATCHEKA
Author : Tchassem Pinlap, Jonas ULiège
Date of defense  : 6-Sep-2021/7-Sep-2021
Advisor(s) : Schiffino, Nathalie 
Committee's member(s) : Ozer, Pierre ULiège
Perrin, Dominique 
Language : French
Number of pages : 104
Keywords : [fr] changement climatique
[fr] vulnérabilité
[fr] politique publique
[fr] résilience
[en] climate change
[en] vulnerability
[en] public policy
[en] resilience
Discipline(s) : Physical, chemical, mathematical & earth Sciences > Multidisciplinary, general & others
Target public : Researchers
Professionals of domain
Student
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master de spécialisation en gestion des risques et des catastrophes
Faculty: Master thesis of the Faculté des Sciences

Abstract

[fr] De nombreux travaux de recherche montrent que la région de l’Extrême-Nord du Cameroun est la plus exposée et la plus sensible aux risques climatiques depuis les années 2000 et tout porte à croire qu'elle sera manifestement plus vulnérable dans les décennies à venir. En s’appuyant sur le cas de la commune de Datcheka, l’étude tente de vérifier l’hypothèse générale selon laquelle la non mise en œuvre de politiques publiques adéquates pour lutter contre le changement climatique contribue à réduire la capacité d’adaptation et de résilience, augmente l’impact potentiel et la vulnérabilité des communautés locales. L’objectif est de tenter d’inciter les pouvoirs publics, compte tenu de leurs engagements internationaux, à mener des actions concrètes. Pour y parvenir, l’étude utilise principalement les données de terrain collectées en février 2020 par le bureau d’étude Help Community dans le cadre de l’élaboration du plan d’action pour l’accès à l’énergie durable et le climat (PAAEDC) de la commune de Datcheka.

Il en résulte que Datcheka est très vulnérable à trois principaux risques climatiques notamment les inondations, les sècheresses et les vents violents. De même que plusieurs facteurs accentuent cette vulnérabilité. Par exemple, 3 habitants sur 4 acceptent de vivre avec les risques; seulement 1 % de la population a accès aux smartphones et 90 % utilisent la radio pour s’informer ; la terre est le principal matériau du sol (74 %) et des murs (98 %) ; le principal moyen de transport pour se rendre dans les centres de santé est la marche (90 %). La commune ne dispose d’aucun système d’évacuation des eaux, ni de système d’alerte, ni de surveillance, ni de services de secours et encore moins d’assurance. Même s’il y a une reconnaissance politique des bénéfices liés à la gestion et à la réduction des risques et catastrophes au Cameroun au regard du cadre institutionnel et réglementaire, il n’en demeure pas moins qu’il manque une vision claire axée sur l’enjeu du changement climatique et une relative absence de mise en œuvre concrète des politiques publiques au plan local.

Au vu des résultats, différentes mesures d’intervention de base sont proposées aux niveaux politique et scientifique afin d’inciter les pouvoirs publics. Ces solutions devraient reposer sur la production des cartes de risques climatiques dans chaque commune, de disposer des plans de préparation à la riposte communautaire, ainsi que d’un cadre de dépense spécifique pour la prévention des risques majeurs.

[en] Numerous research studies show that the Far North region of Cameroon has been the most exposed and the most sensitive to climate risks since the 2000s and everything suggests that it will be clearly more vulnerable in the decades to come. Based on the case of the municipality of Datcheka, the study attempts to verify the general hypothesis according to which the non-implementation of adequate public policies to fight against climate change contributes to reducing the capacity of adaptation and resilience, and increases the potential impact and vulnerability of local communities. The objective is to try to encourage the public authorities, taking into account their international commitments, to carry out concrete actions. To achieve this, the study mainly uses field data collected in February 2020 by the study office as Help Community part of the development of the action plan for access to sustainable energy and the climate of the municipality of Datcheka.

As a result, Datcheka is very vulnerable to three main climatic risks including floods, droughts and strong winds. Likewise, several factors accentuate this vulnerability. For example, 3 out of 4 inhabitants agree to live with the risks; only 1% of the population has access to smartphones and 90% use the radio for information; earth is the main material for the floor (74%) and walls (98%); the main means of transport to reach the health centers is by walking (90%). The town has no drainage system, no warning system, no surveillance, no emergency services and even less insurance. Even if there is a political recognition of the benefits linked to the management and reduction of risks and disasters in Cameroon with regard to the institutional and regulatory framework, the fact remains that there is a lack of a clear vision focused on the issue of climate change and a relative lack of concrete implementation of public policies at the local level.

In view of the results, various basic intervention measures are proposed at the political and scientific levels in order to encourage the public authorities. These solutions should be based on the production of climate risk maps in each municipality, on having preparedness plans for the community response, as well as on a specific expenditure framework for the prevention of major risks.


File(s)

Document(s)

File
Access TFE_GRC2020-2021_Tchassem Pinlap Jonas.pdf
Description: -
Size: 2.98 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Tchassem Pinlap, Jonas ULiège Université de Liège > Mast. spéc. gest. risq. catas.

Promotor(s)

  • Schiffino, Nathalie Université Catholique de Louvain > Faculté des sciences économiques, politiques, sociales et de communication (ESPO)

Committee's member(s)

  • Ozer, Pierre ULiège Université de Liège - ULiège > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.)
    ORBi View his publications on ORBi
  • Perrin, Dominique
  • Total number of views 190
  • Total number of downloads 184










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.