Feedback

Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie
Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie
MASTER THESIS
VIEW 46 | DOWNLOAD 1

Commentaire de l'arrêt du 14 octobre 2021 de la Cour constitutionnelle

Download
Jeangette, Marie-Sophie ULiège
Promotor(s) : Bourgeois, Marc ULiège
Academic year : 2021-2022 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/14620
Details
Title : Commentaire de l'arrêt du 14 octobre 2021 de la Cour constitutionnelle
Author : Jeangette, Marie-Sophie ULiège
Advisor(s) : Bourgeois, Marc ULiège
Language : French
Number of pages : 54
Discipline(s) : Law, criminology & political science > Tax law
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en droit à finalité spécialisée en droit social (aspects belges, européens et internationaux)
Faculty: Master thesis of the Faculté de Droit, de Science Politique et de Criminologie

Abstract

[fr] L’objectif de ce travail est d’analyser le tout récent arrêt de la Cour constitutionnelle du 14 octobre 2021. Les questions préjudicielles posées par le magistrat d’appel portent sur l’interprétation de la condition de finalité qui validerait la déduction des pertes liées aux opérations d’achat et de revente successive de bons de trésors italiens, en d’autres termes sur la déductibilité des charges liées à l’opération « QFIE » en tant que frais professionnels.

La question de l’imputation de la QFIE sortant de notre objet d’analyse, nous allons nous concentrer sur la problématique de la déductibilité des frais professionnels prévue par l’article 49 du C.I.R. 1992. Cette disposition énonce trois exigences conditionnant la déductibilité d’une dépense. Dans le cadre de cette analyse, nous examinerons plus particulièrement la condition dite de « finalité ».


Afin d’examiner l’évolution de la jurisprudence relative à l’interprétation de l’article 49 du C.I.R. 1992, nous examinerons les deux situations soulevées dans l’arrêt de la Cour constitutionnelle ; dans un premier temps : l’opération « QFIE » et dans un second temps : la mise à disposition de biens immobiliers par des sociétés à leur dirigeant d’entreprise.

Une fois cette analyse faite à travers diverses jurisprudences actuelles, les deux situations vont être mises en comparaison afin d’essayer de comprendre le raisonnement tenu par la cour. Dans le premier cas, la cour autorise la déduction de charges qui ont été exposées dans le cadre d’un montage fiscale visant à réduire la base imposable et pourtant dans le deuxième cas, elle n’accepte pas la déduction des frais engagés par une société en vue d’acquérir un bien immobilier pour ensuite le mettre à la disposition de son dirigeant d’entreprise. Nous allons donc mettre en exergue les éléments déterminants pour prendre position.

La question centrale que l’on se pose est de comprendre pourquoi l’interprétation de la Cour constitutionnelle est plus souple dans le cas de montages purement fiscaux et plus strict dans le cas de mise à disposition d’une habitation à un dirigeant d’entreprise.


File(s)

Document(s)

File
Access TFE Jeangette Marie-Sophie .pdf
Description:
Size: 584.24 kB
Format: Adobe PDF

Author

  • Jeangette, Marie-Sophie ULiège Université de Liège > Master droit, à fin.

Promotor(s)

  • Total number of views 46
  • Total number of downloads 1










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.