Feedback

Faculté des Sciences
Faculté des Sciences
MASTER THESIS
VIEW 60 | DOWNLOAD 7

Etude de la biologie du Gobiidae Valenciennea strigata selon une approche multidisciplinaire

Download
Leroy, Charline ULiège
Promotor(s) : Parmentier, Eric ULiège ; Lecchini, David
Date of defense : 1-Sep-2020/3-Sep-2020 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/9871
Details
Title : Etude de la biologie du Gobiidae Valenciennea strigata selon une approche multidisciplinaire
Translated title : [en] Study of the biology of the Gobiidae Valenciennea strigata with a multidisciplinary approach
Author : Leroy, Charline ULiège
Date of defense  : 1-Sep-2020/3-Sep-2020
Advisor(s) : Parmentier, Eric ULiège
Lecchini, David 
Committee's member(s) : Michel, Christian ULiège
Dauby, Patrick ULiège
Gobert, Sylvie ULiège
Language : French
Number of pages : 57
Keywords : [fr] Valenciennea strigata
[fr] Gobiidae
[fr] Communication
[fr] Acoustique
[fr] Comportement
[fr] Morphologie
[fr] Force de morsure
Discipline(s) : Life sciences > Aquatic sciences & oceanology
Life sciences > Environmental sciences & ecology
Research unit : Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle et Evolutive
CRIOBE
Target public : Researchers
Professionals of domain
Student
General public
Other
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en biologie des organismes et écologie, à finalité approfondie
Faculty: Master thesis of the Faculté des Sciences

Abstract

[fr] Les communications acoustique, visuelle et chimique ont un rôle majeur dans la reproduction et lors des interactions agonistiques chez les Téléostéens. De plus, les comportements de construction et d’entretien du nid sont importants lors du choix d’un partenaire dans la sélection sexuelle chez certaines espèces. La famille des Gobiidae compte 1923 espèces, 26 d’entre elles ont déjà été étudiées acoustiquement. Cette étude s’est focalisée sur l’espèce Valenciennea strigata qui se retrouve dans les régions tropicales et intertropicales de l’Indo-Pacifique. Cette espèce est connue pour former des couples monogames vivant dans des terriers qu’ils entretiennent. Treize comportements ont déjà été décrits. Afin d’apporter des éléments permettant de caractériser sa biologie, des prises acoustiques, des enregistrements vidéo en aquarium à Moorea (Polynésie française) ainsi qu’une étude morphologique du mécanisme de production de sons ont été réalisés. La force de morsure théorique des mâchoires intervenant dans le comportement de construction et d’entretien du nid a également été évaluée. Les expérimentations effectuées n’ont pas permis de mettre en évidence des sons de communication chez l’espèce. Les observations comportementales ont montré 7 comportements concernant le nourrissage, l’entretien du terrier et les interactions agonistiques. La dissection de V. strigata a révélé que l’organisation musculo-squelettique de la ceinture pectorale correspondait à celle de G. paganellus et de P. pictus. Cependant, en considérant additionnellement sa place phylogénétique, il n’est pas à exclure qu’elle puisse produire des sons lors des comportements de cour (non vus). Les valeurs des forces de morsure obtenues ont montré que les plus grands individus, généralement les mâles, ont une force de morsure relativement plus élevée que les individus les plus petits, généralement les femelles. Ceci peut être expliqué par une longueur totale du corps et donc une masse musculaire des faisceaux A2 et A3 de la mandibule relativement plus élevées. De plus, le système semblait favoriser la force plutôt que la vitesse. L’espèce a marqué une force de morsure moyenne plus élevée que 4 autres espèces de Gobiidae, étudiées dans le contexte de l’alimentation, proportionnellement à la longueur totale du corps. Il semble que la morphologie et la fonction du système des muscles des mâchoires pourraient expliquer les différences obtenues entre les forces de morsure de V. strigata et des espèces de Pomacentridae et de Serrasalmidae étudiées dans le contexte de la prise de nourriture. La force accrue de V. strigata pourrait être liée aux capacités de cette espèce à soulever des objets (proportionnellement) importants lors de la construction et l’entretien du nid.

[en] Acoustic, visual, and chemical communications play a major role during agonistic and reproductive interactions in Teleostei. Nest building and nest maintenance behaviours are important in partner selection during sexual selection in some species. Gobiidae are a family of 1923 species. Sound production has already been demonstrated in 26 species belonging to this family. The sounds described are mainly associated with agonistic and courtship behaviour. This study focused on the species Valenciennea strigata which is found in tropical and intertropical regions of the Indo-Pacific. This species is known to form monogamous pairs living in burrows that they maintain. Thirteen behaviours have already been described in the species. In order to provide elements to characterize its biology, acoustic recordings, video recordings in aquariums in Moorea (French Polynesia) as well as a morphological study of the sound production mechanism have been carried out. The theoretical bite force of the jaws involved in the nest's construction and maintenance behaviour was also assessed. Experiments carried out did not reveal any communication sounds, but the ability to communicate through sounds could not be completely excluded. The observations, carried out in parallel with sound recordings, and the videos highlighted 7 behaviours concerning feeding, burrow maintenance and agonistic interactions. Dissections of V. strigata revealed the strong similarities between the musculo-skeletal system of the pectoral girdle of G. paganellus and P. pictus. Considering additionally the phylogenetic position of the species, sound production during courtship behaviour is remains possible. The biting force measurements obtained showed that the larger individuals, usually males, have a relatively higher bite force than the smaller ones, usually females, which is explained by a relatively higher total length, and thus muscle mass of the A2 and A3 bundles of the mandible. In addition, the muscular system seemed to favour strength rather than speed. V. strigata showed a higher average bite force than some Gobiidae species, studied in the context of feeding, as a function of total body length. The average bite performance was also greater for relatively similar head lengths compared to Pomacentridae species and smaller than in Serrasalmidae species, both studied in the context of feeding. It seems that the morphology and the function of the jaw muscle system could explain these differences in our case. The bite performance of V. strigata could be related to the ability of this species to lift (proportionally) large debris during nest construction and nest maintenance.


File(s)

Document(s)

File
Access Mémoire_LeroyCharline.pdf
Description:
Size: 1.79 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Leroy, Charline ULiège Université de Liège > Master biol. orga. & écol., fin.

Promotor(s)

  • Parmentier, Eric ULiège Université de Liège - ULiège > Département de Biologie, Ecologie et Evolution > Morphologie fonctionnelle et évolutive
    ORBi View his publications on ORBi
  • Lecchini, David Université de Liège - ULiège > Département d'aérospatiale et mécanique > Laboratoire de structures et systèmes spatiaux

Committee's member(s)

  • Michel, Christian ULiège Université de Liège - ULiège > Département de Biologie, Ecologie et Evolution > Département de Biologie, Ecologie et Evolution
    ORBi View his publications on ORBi
  • Dauby, Patrick ULiège Université de Liège - ULiège > Département de Biologie, Ecologie et Evolution > Systématique et diversité animale
    ORBi View his publications on ORBi
  • Gobert, Sylvie ULiège Université de Liège - ULiège > Département de Biologie, Ecologie et Evolution > Océanographie biologique
    ORBi View his publications on ORBi
  • Total number of views 60
  • Total number of downloads 7










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.