Feedback

Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
MASTER THESIS
VIEW 59 | DOWNLOAD 33

Les professeurs d'éducation physique de l'enseignement fondamental traitent-ils différemment les élèves en surpoids ?

Download
Smeets, Mathilde ULiège
Promotor(s) : Silvestre, Aude ULiège ; Baye, Ariane ULiège
Date of defense : 31-Aug-2023/8-Sep-2023 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/19141
Details
Title : Les professeurs d'éducation physique de l'enseignement fondamental traitent-ils différemment les élèves en surpoids ?
Author : Smeets, Mathilde ULiège
Date of defense  : 31-Aug-2023/8-Sep-2023
Advisor(s) : Silvestre, Aude ULiège
Baye, Ariane ULiège
Committee's member(s) : Schillings, Patricia ULiège
Delacollette, Nathalie 
Language : French
Number of pages : 109
Keywords : [fr] grossophobie
[fr] éducation physique
[fr] enseignement fondamental
[fr] discrimination
[fr] surpoids
[fr] sport
Discipline(s) : Social & behavioral sciences, psychology > Education & instruction
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences de l'éducation, à finalité spécialisée en enseignement
Faculty: Master thesis of the Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education

Abstract

[fr] Le surpoids est un phénomène en augmentation. En Belgique, la population adulte est concernée par cette hausse. Qui plus est, un cinquième des jeunes sont en excès pondéral (Drieskens, 2018).
Face à ces constats, Drieskens (2018) indique, dans son enquête de santé, que des mesures de préventions adaptées sont nécessaires vis-à-vis de cette problématique du surpoids. De ce fait, l’obésité est considérée comme un problème majeur dans notre société et l’une des priorités est de trouver des solutions pour réguler ce haut taux de personnes en surpoids.
Les cours d’éducation physique deviennent alors une des solutions de prévention envisagées pour diminuer le nombre de jeunes en excès pondéral (Gard & Wright, 2001), et ce dès l’école primaire.
La question qui reste en suspens est la manière dont ces mesures de préventions sont appliquées dans les écoles. Les professeurs d’éducation physique, en réponse à la problématique du « surpoids », adoptent des attitudes variées. La manière dont ils enseignent et guident leurs cours peut avoir des répercussions sur les stéréotypes grossophobes, qu’elles soient positives ou négatives (Sykes & McPhail, 2011 cités par McNinch, 2016).
Par ailleurs, Pausé (2019) explique que l’apparence physique prime parfois sur l’apprentissage et l’enseignement des pratiques sportives mais également sur le plaisir que peuvent ressentir les élèves en pratiquant diverses activités physiques. L’éducation physique pourrait donc être en grande partie responsable des discours grossophobes et des effets négatifs associés sur les étudiants en surpoids. (Gard & Wright, 2001).
Ainsi, l’objectif de la présente recherche est de vérifier l’existence d’un traitement différentiel envers les élèves en surpoids provenant des (futurs) professeurs d’éducation physique du primaire, en Belgique francophone. Si c’est le cas, il sera essentiel de veiller à l’éviter, dans le futur, pour s’assurer du bien-être des élèves quelles que soient leurs particularités physiques.
Pour ce faire, un questionnaire en ligne a été créé comprenant des questions démographiques, quatre situations de cours à évaluer et des items mesurant la grossophobie, les attitudes anti-gras ou encore les attentes envers les élèves selon leur apparence pondérale. Outre cela, trois conditions de passation ont été mises en place afin d’effectuer des comparaisons : un questionnaire dans lequel il fallait coter un élève mince, un dans lequel il fallait coter un élève de corpulence forte et une condition contrôle où l’apparence pondérale de l’élève n’était pas précisée.
Ensuite, après avoir récolté les données, des modèles mixtes linéaires ont été utilisés pour les analyses. Ces modèles sont employés lorsqu’il y a des mesures répétées. Dans le cas ci-présent, les quatre situations de cours sont considérées comme une répétition : cela donne un total de 340 observations pour 85 participants.
Il en ressort qu’en Belgique francophone, globalement, les (futurs) professeurs d’éducation physique de l’enseignement fondamental ne traitent pas différemment les élèves en surpoids. En tout cas, aucun effet significatif ne permet d’affirmer cela. Cependant lorsque le taux de grossophobie des participants est pris en compte, il s’avère qu’un traitement différentiel est bien présent. Les professeurs étant plus grossophobes évaluent mieux les élèves minces. À l’inverse, les professeurs avec un taux de grossophobie très bas, évaluent mieux les élèves en surpoids. Ainsi, il peut en être conclu que le traitement des élèves varie selon le profil du professeur.


File(s)

Document(s)

File
Access Mémoire_SMEETS Mathilde.pdf
Description:
Size: 96.72 MB
Format: Adobe PDF
File
Access Résumé mémoire_SMEETS Mathilde.pdf
Description:
Size: 91.72 kB
Format: Adobe PDF

Author

  • Smeets, Mathilde ULiège Université de Liège > Master sc. édu., à fin.

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Schillings, Patricia ULiège Université de Liège - ULiège > Département des Sciences de l'éducation > Analyse et accompagnement du dével. prof. des enseign.
    ORBi View his publications on ORBi
  • Delacollette, Nathalie
  • Total number of views 59
  • Total number of downloads 33










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.