Feedback

Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education
MASTER THESIS
VIEW 33 | DOWNLOAD 0

Comment le travail sur la pensée créative peut-il réduire les démarches superficielles des élèves en résolution de problèmes mathématiques ?

Download
Tran, Kim ULiège
Promotor(s) : Poumay, Marianne ULiège
Date of defense : 5-Sep-2017 • Permalink : http://hdl.handle.net/2268.2/4263
Details
Title : [fr] Comment le travail sur la pensée créative peut-il réduire les démarches superficielles des élèves en résolution de problèmes mathématiques ?
Author : Tran, Kim ULiège
Date of defense  : 5-Sep-2017
Advisor(s) : Poumay, Marianne ULiège
Committee's member(s) : Peters, Stéphanie ULiège
Auquière, Amélie ULiège
Language : French
Number of pages : 80
Rameau keyword(s) : Créativité (éducation)
Mathématiques -- Aspect cognitif
Discipline(s) : Social & behavioral sciences, psychology > Education & instruction
Social & behavioral sciences, psychology > Theoretical & cognitive psychology
Commentary : 67 annexes
Institution(s) : Université de Liège, Liège, Belgique
Degree: Master en sciences de l'éducation, à finalité spécialisée en enseignement
Faculty: Master thesis of the Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education

Abstract

[fr] L’objet de ce présent mémoire est de tenter de répondre à la question suivante : « Comment le travail sur la pensée créative peut-il réduire les démarches superficielles des élèves en résolution de problèmes mathématiques?». Les démarches superficielles en résolution de problèmes mathématiques est un réel dommage qui fait prendre aux élèves de raccourcis cognitifs erronés. Ce présent travail vise à les réduire par un enseignement de la créativité. En effet, la créativité est une ouverture d’esprit qui permet à l’élève de s’adapter à une situation (flexibilité), d’envisager divers solutions à un problème donné (fluidité), de proposer des solutions originales et élaborées. Des activités visant à développer le potentiel créatif des élèves ont été investiguées durant 5 mois dans une classe de 3 e primaire de la Ville de Liège (Belgique) à raison d’1 à 2 périodes par semaines. Parallèlement, des tests mesurant la flexibilité, la fluidité, le degré d’élaboration et l’originalité ont été dispensés sur base des travaux de la Recherche ; le TTCC de Torrance (1976) et l’épreuve des jarres de Luchins et Luchins (1959). Un questionnaire a également été élaboré afin de relater l’estime des élèves, leurs préconceptions vis-à-vis les problèmes et leur attitude en mathématiques. Ces tests ont été distribués sous différentes formes (« papier- crayon » et entretiens semi-dirigés). Les évolutions sont observées au sein d’un échantillon d’élèves parallèlement à celles de la classe. Les résultats de ces observations sont malheureusement insignifiantes et ce, pour diverses raisons : le caractère vague des activités, la validité des tests et leur contexte de passations, l’objectif, trop large pour être réellement mesuré, le rapport entres les élèves, nuisible au développement créatif et la durée de l’expérimentation, trop restreinte.


File(s)

Document(s)

File
Access s136230Tran2017.pdf
Description: -
Size: 8.42 MB
Format: Adobe PDF

Author

  • Tran, Kim ULiège Université de Liège - ULiège > Master en sciences de l'éducation, à finalité spécialisée en enseignement

Promotor(s)

Committee's member(s)

  • Total number of views 33
  • Total number of downloads 0










All documents available on MatheO are protected by copyright and subject to the usual rules for fair use.
The University of Liège does not guarantee the scientific quality of these students' works or the accuracy of all the information they contain.